.

Promouvoir la mobilité électrique en Guadeloupe

Dans une même démarche d’excellence environnementale et conscient des enjeux du dérèglement climatique, le Parc d’Activités La Providence a souhaité s’inscrire dans l’ambitieuse politique de transition énergétique mise en place à l’échelle nationale et contribuer au progrès des énergies renouvelables en Guadeloupe. Dans la mesure où le secteur des transports (personnes et marchandises) est le secteur le plus émissif en gaz à effet de serre, la loi de transition énergétique pour la croissance verte a prévu l’installation de sept millions de points de charge (offres publique et privée confondues) à l’horizon 2030.

Dans cette perspective, accompagné par le bureau d’études MaseO, le Parc d’Activités La Providence a ainsi entamé un projet relatif à la mobilité électrique ou électromobilité qui doit le voir s’équiper de 115 bornes de recharge chacune capable d’accueillir deux voitures électriques. Celles-ci sont dimensionnées pour servir en priorité à favoriser les flottes des entreprises et à faciliter la mobilité des salariés, même si, dans un second temps, rien n’interdira au grand public de pouvoir les utiliser également quand elles seront mises en place.

L’exemplarité du projet s’appuie sur trois caractéristiques :

• la densité de bornes au sein du Parc

• le choix d’une solution 100% solaire

• couplage aux ombrières qui ont l'avantage de la modularité.

En effet, chaque borne, équivalent à deux points de recharge, sera équipée d’une ombrière qui accueillera des panneaux photovoltaïques. Ainsi les véhicules seront rechargés en énergie 100% solaire, une énergie propre. De plus ce dispositif de stationnement, plutôt esthétique, permettra de garer les véhicules à l’ombre ce qui présente un double avantage en termes de confort thermique pour le stationnement : les véhicules ainsi protégés du soleil sont moins susceptibles de se dégrader et ils nécessitent moins d’énergie si l’automobiliste souhaite rafraîchir son habitacle lorsqu’il a besoin de l’utiliser.

Si le projet initial de 115 bornes de recharge est déjà ambitieux, il serait même possible de faire évoluer celui-ci pour recouvrir toute la superficie des parkings du Parc d’Activités La Providence. Or la construction des ombrières pourrait être réalisée localement et générer ainsi une nouvelle activité économique, pourvoyeuse d’emplois pour notre archipel. Enfin, chaque ombrière, bien visible dans le champ visuel des visiteurs du parc, constitue autant de support pédagogique pour initier de nouvelles pratiques chez le grand public en matière de déplacement. Elles peuvent même devenir un outil de communication (physique ou numérique) pour manifester l’engagement des entreprises en faveur de la maîtrise de l’énergie.

Avec près de 71km effectués en moyenne chaque jour par les salariés du Parc d’Activités, l’enjeu du projet est réel pour la Guadeloupe. Les 115 bornes permettront d’éviter la production de 4336 tCO2 chaque année - le double si les deux emplacements sont utilisés à 100% - et donc de limiter les émissions de gaz à effet de serre dans l’archipel. Si tous les parkings du Parc d’Activités La Providence étaient pourvues avec des ombrières telles que prévues par ce projet, il serait possible de recharger 4150 véhicules électriques (Leaf, Zoé…) par an, soit près de 14 véhicules électriques / jours ouvrés.

Rien d’étonnant donc que le projet soit soutenu par l’Europe à travers le FEDER et par l’ADEME. Le projet est découpé selon un phasage sur trois années avec une installation progressive sur trois ans de 115 bornes intelligentes, capables de pouvoir communiquer les unes avec les autres. A terme, il sera possible de pouvoir matérialiser sur le plan interactif de notre site Internet le niveau de charge des bornes et indiquer à l’usager le point le plus proche de sa localisation pour faire le plein d’énergie 100% solaire ! En complément, et toujours pour favoriser une mobilité propre, il est également prévu à terme de développer des navettes inter sites sur le Parc La Providence.

Logo ADEMELogo maseo